L’interprète durable

Comment organiser les idées pour être plus durables en tant que professionnels

Beau paysage avec des montagnes et un lac

Dix minutes de lecture. Si vous souhaitez accéder directement à nos 10 recommandations pour être plus durable, cliquez ici.

Comment nos actions individuelles peuvent provoquer un changement global

Il n’y a pas besoin de lire les rapports de la NASA pour savoir que des températures record ont été atteintes dans de nombreuses régions du monde l’été dernier. 42ºC à Séville, en Espagne, ou 46,5ºC à Ahvaz, en Iran, ne sont pas des températures avec lesquelles nous pouvons continuer à vivre à l’avenir. Le changement climatique causé par les fortes émissions de CO22 est réel et notre volonté de changer pour le combattre doit également être réelle. Nous n’avons pas d’alternative.

Il est un fait que des lois et des accords gouvernementaux sont nécessaires pour modifier les modèles de production et de consommation actuels, qui sont désormais délocalisés et basés sur les combustibles fossiles et demandent de plus en plus de matériaux et d’énergie. Pourtant, rester assis et attendre que ces lois soient mises en œuvre et prennent effet n’est ni rapide ni efficace. Nous devons alors nous demander si nos actions individuelles en tant que citoyens, professionnels, artistes, changent quelque chose, si elles ont un réel impact. Nous pensons qu’ils le font.

Pousses de plantes sur une planche de bois tenue par les mains

Photo par Daniel Öberg

Il n’est pas facile de mettre de l’ordre dans nos idées pour prendre les bonnes décisions ou pour commencer à revoir nos habitudes et notre mode de vie. Devenir plus « durable » semble être inatteignable, mais qu’est-ce que la durabilité exactement ? Intermón Oxfam définit ce concept comme la satisfaction des besoins actuels sans compromettre la capacité des générations futures à satisfaire les leurs, en assurant un équilibre entre la croissance économique, la protection de l’environnement et le bien-être social. À partir de là, dans notre pratique quotidienne d’interprètes, pouvons-nous être sûrs que notre mode de vie actuel ne compromet pas celui de ceux qui viendront après nous ? Comment a été fabriqué mon ordinateur, mon téléphone portable ? Quelles politiques environnementales les hôtels dans lesquels je séjourne respectent-ils ? Combien de CO2 génèrent les services d’Internet et d’hébergement que j’utilise dans ma vie quotidienne ? Quelle quantité de plastique à usage unique ai-je utilisée dans les plats à emporter que j’ai consommés avant d’entrer dans la cabine ? Les questions sont nombreuses.

Commençons par les bases, en explorant quelques concepts que nous pouvons traduire en bonnes pratiques :

Sac à dos écologique

(Acheter ou reconditionner mes outils de travail)

Un sac à dos écologique est la quantité totale (en kg) de matériaux déplacés de la nature pour créer un produit ou un service, moins le poids réel du produit. De cette façon, nous pouvons mesurer l’effort environnemental que ce produit ou service a représenté.

Thibaut Meurgue-Guyard de Found & Seek explique que le sac à dos écologique :

  • C’est un calcul lié à la technologie appliquée aux biens et services. Plus la technologie est efficace, plus le sac à dos écologique est petit.
  • C’est une chose qui prend en compte tous les matériaux nécessaires à la production, à l’usage, au recyclage et à l’élimination d’un produit.
  • Elle diffère de l’empreinte écologique car elle prend en compte les ressources nécessaires à sa production, et pas seulement le CO2 émis par le produit ou le service.

Sac à dos rouge au bord d'un lac

Photo par Laura Chouette

Par exemple, une alliance en or de 10 g implique 3 500 kilos de matériaux extraits d’une mine. En revanche, d’autres produits similaires portent un sac à dos écologique beaucoup plus petit : la même bague en argent ne déplace « que » 75 kilos. Une canette de boisson gazeuse en aluminium porte un sac à dos écologique de 1,2 kilos. L’exemple le plus populaire est celui des téléphones portables, dont le sac à dos écologique peut atteindre 86 kilos, selon certaines études.

En tant qu’interprètes, les dispositifs électroniques et téléphoniques sont des outils essentiels pour l’activité de travail quotidienne. Avant de passer à un modèle de téléphone plus récent ou à une tablette plus grande, nous pouvons envisager de remettre à neuf notre équipement existant, de le recycler dans un point vert, de le donner en cadeau à un membre de la famille ou à un ami, ou de l’échanger. Nous pouvons également étudier l’éco-pack du prochain produit que nous avons l’intention d’acheter.

Empreinte de pied sur le sable entourée de fleurs et de feuilles colorées

Photo par Evie S.

Empreinte écologique

(Mon bureau, ma maison, ma nourriture)

Que faut-il pour produire ma nourriture, mes vêtements ou ma maison ? L’ONG Global Footprint Network explique que l’empreinte écologique mesure le patrimoine écologique dont une population ou un produit donné a besoin pour produire les ressources naturelles qu’il consomme (nourriture, fibres végétales, produits de l’élevage et de la pêche, bois, espace pour les infrastructures urbaines, etc.) et pour absorber ses déchets, notamment les émissions de carbone

Ainsi, l’empreinte carbone concerne l’émission de gaz à effet de serre et évalue l’impact des activités humaines sur l’environnement, tandis que l’empreinte écologique prend en compte tous les facteurs de notre mode de vie qui sont nuisibles à l’environnement.

L’empreinte écologique s’exprime en hectares par habitant et par an et se calcule en soustrayant les ressources que nous consommons des ressources générées par la planète au cours d’une année. L’Espagne,par exemple, a consommé en 2018 l’équivalent de 4,3 gha (hectares mondiaux), alors que sa biocapacité par personne était de 1,5 gha. En d’autres termes, l’Espagne a consommé, en tant que pays, 3 fois plus de ressources que ce que nous pouvons nous permettre de manière durable. Alors, comment pouvons-nous réduire cette empreinte ? En utilisant des transports propres, en étant économe en énergie à la maison et au bureau, en consommant moins d’aliments exportés et emballés, en achetant des produits locaux, en réduisant la consommation de viande, en veillant à la consommation d’eau, en produisant moins de déchets, etc.

Voulez-vous savoir de combien de planètes nous aurions besoin si tout le monde vivait comme vous ?
Voici une
calculatrice pour vous aider à le découvrir.

Pollution numérique

(Mon temps en ligne sur le plan professionnel et personnel)

Il est indéniable que l’envoi d’e-mails ou la lecture de livres au format numérique permet d’économiser du papier et que l’interprétation via une plate-forme d’interprétation simultanée à distance permet d’économiser tous les coûts et les émissions de CO2 associés à un déplacement de quelques jours dans une autre ville. Toutefois, cela ne signifie pas que le fait de se connecter à Internet et d’avoir nos appareils électroniques allumés ne signifie pas que nous ne polluons pas.

L’impact environnemental de l’internet est principalement dû aux énormes quantités d’énergie nécessaires pour faire fonctionner l’ensemble de l’infrastructure internet : les équipements (ordinateurs, tablettes, routeurs), les centres de données (pour stocker et héberger les sites web) et les réseaux d’accès (tous les câbles et antennes qui transportent les données).

Bien que la consommation d’électricité de l’Internet dans son ensemble soit estimée à environ 2 % de la consommation d’énergie mondiale, la principale préoccupation vient de la manière dont cette énergie est générée. Par exemple, la plupart des centres de données travaillent actuellement avec des sociétés d’énergie qui dépendent de centrales au charbon ou nucléaires pour produire de l’électricité.

Dans ce contexte, il peut sembler difficile, a priori, de lier la profession d’interprète à l’aggravation de la pollution numérique, mais tout s’additionne. L’aide peut peut-être venir d’actions aussi simples que : a) ne pas transférer de longues chaînes d’e-mails ou des fichiers lourds si ce n’est pas nécessaire, b) laisser nos appareils branchés ou en stand by, ou c) acheter des équipements qui répondent à nos besoins sans les dépasser.

À titre de curiosité, pour savoir si nous nous enfumons avec Netflix ou toute autre plateforme de streaming, nous pouvons essayer d’installer une extension de The Shift Project dans notre navigateur pour visualiser l’impact climatique de notre activité sur Internet. En parlant de navigateurs, si cela ne nous dérange pas de travailler avec Firefox, Google Chrome ou Safari, nous pouvons faire d’ Ecosia Ecosia notre moteur de recherche par défaut. L’organisation basée à Berlin promet de reverser 80 % de ses recettes publicitaires à des programmes de plantation d’arbres organisés par diverses associations.

Si vous voulez savoir quels fournisseurs de services technologiques mènent la course pour construire un Internet vert, vous pouvez consulter le dernier rapport Clicking Clean de Greenpeace.

Pieds sur une table devant une télévision

Photo par Mollie Sivaram

Compenser les émissions

(Se déplacer de manière durable lorsque je voyage)

En général, la compensation carbone fait référence à la réduction des émissions de gaz à effet de serre qui sont utilisées pour compenser les émissions produites ailleurs.

Par exemple, si en tant que professionnels nous n’avons pas d’autre choix que de prendre l’avion plusieurs fois par mois pour fournir des services d’interprétation, lorsque nous achetons notre billet, nous pouvons faire un petit don à la compagnie aérienne pour des programmes ou des actions de R&D qui compensent cette émission de CO2.. Nos enfants sont censés voyager dans des avions fonctionnant à l’hydrogène. Espérons que nous verrons tous cette réalité plus tôt que tard.

The offset guide explique que cette compensation carbone est possible car le changement climatique est un problème non localisé. Les gaz à effet de serre sont mélangés dans toute l’atmosphère, de sorte que leur réduction partout contribue à la protection globale du climat.

Voitures de train avec des portes ouvertes dans une gare

Photo par lan deng

Bien qu’il n’y ait aucune garantie que cette compensation carbone ait réellement un impact significatif sur la réduction du CO2 émis dans l’atmosphère, cela ne coûte rien d’essayer. Dans le monde des affaires, nous devrions toujours faire appel à la RSE (responsabilité sociale des entreprises) et, outre l’évaluation de notre impact sur les communautés, les travailleurs et l’environnement, nous pouvons également compenser les émissions en faisant des dons à des ONG telles que Greenpeace ou, si nous voulons renouer avec la nature, nous pouvons planter des arbres nous-mêmes ou faire des recherches et commencer à faire germer des graines à partir des fruits ou des légumes que nous mangeons.

En ce qui concerne la mobilité, la réalisation des déplacements essentiels par des moyens de transport moins polluants devrait être une priorité. Optons pour le train si la distance et le temps le permettent. En dehors de notre ville, il sera toujours facile et positif de se rendre sur le lieu de l’interprétation en taxi électrique ou par le biais des nombreuses applications de carpooling existant dans différentes villes.

Garde-robe capsule

(Moins de vêtements pour de meilleurs vêtements)

Combien de vêtements dois-je porter à la maison, pour faire de l’interprétation en cabine ou de l’interprétation de liaison au bureau d’un client ? Pas tant que ça, en fait. Le concept de garde-robe capsule ou capsule wardrobe a été inventé dans les années 1970 à Londres, mais ce n’est qu’au cours des dernières décennies qu’il est devenu populaire au niveau international. La durabilité s’est immiscée dans nos vies et nous pouvons tirer parti du concept de garde-robe capsule pour créer une garde-robe qui, d’une part, réduit la fatigue liée aux décisions vestimentaires et, d’autre part, nous permet d’être durables. Si notre garde-robe capsule est composée de vêtements intemporels, de bonne qualité et qui se combinent entre eux, nous pouvons les porter pendant des années. Un blazer ou un trench-coat dans des tons neutres, une little black dress de bonne qualité ou une veste de costume sombre nous permettront de respecter les codes vestimentaires de presque toutes les situations d’interprétation. À partir de là, nous aurions besoin d’un bon pantalon de ville, de deux ou trois chemises, d’un pull, de deux paires de chaussures de qualité, de quelques accessoires et de peu d’autres choses.

Des vêtements de couleur claire sur des cintres blancs avec une plante verte

Photo par Thom Bradley

Serions-nous capables de vider notre garde-robe de vêtements fabriqués selon des normes de qualité médiocres et dans des conditions de travail précaires ? Si le prix est ce qui nous retient, nous pouvons trouver dans la plupart des villes des outlets de marques premium respectueuses de l’environnement pour constituer notre future garde-robe durable.

Dix conseils !

Pour résumer, traiter toutes les informations à notre disposition peut être accablant, mais nous pouvons commencer par des directives simples :

  1. Essayez de savoir comment les produits ou services que nous allons acheter ont été produits.
  2. Recycler ou reconditionner nos appareils électroniques.
  3. Rechercher l’efficacité énergétique dans notre maison et/ou sur notre lieu de travail.
  4. Découvrez quels fournisseurs d’électricité et de services internet travaillent avec des énergies propres.
  5. Marchez ou utilisez des vélos ou des véhicules électriques chaque fois que possible et faites du covoiturage lors de vos déplacements.
  6. Ne voyagez en avion que lorsque cela est strictement nécessaire ou lorsque d’autres moyens de transport plus durables ne sont pas disponibles.
  7. Choisissez notre garde-robe en tenant compte de la manière dont elle a été produite.
  8. Emportez toujours avec vous une bouteille d’eau réutilisable et évitez d’utiliser des plastiques à usage unique.
  9. Réduire notre consommation de viande et essayer de consommer des aliments produits localement.
  10. Séparer et recycler nos déchets à la maison et sur le lieu de travail.
Des personnes à une table travaillant avec un ordinateur et une bouteille d'eau noire sur le côté.

Enfin, nous ne devons pas oublier qu’en tant qu’interprètes, nous sommes également des communicateurs et des diffuseurs d’informations. Tout ce que nous pouvons apprendre et diffuser sur le changement climatique et les pratiques durables auprès de notre famille et de nos amis, la planète nous en remerciera.